Posts Tagged ‘Web’

Et le meilleur framework web Python est… Django !

Monday, June 6th, 2011

On  observe depuis quelques temps un phénomène de “consolidation” au niveau de beaucoup de logiciels libres. En effet, le modèle du libre est par essence de permettre à chacun de faire se qu’il veut, et donc d’expérimenter et d’innover. Cette dynamique est encore plus sensible quand il s’agit de technologies nouvelles. Mais une fois cette phase d’expérimentation passée, il faut aussi en tirer des conclusions, et se rassembler pour atteindre une masse critique d’utilisateurs et de développeurs, une communauté, qui viabilise le projet sur la durée.

Ainsi Ruby on Rails a été dès 2004 le grand précurseur des frameworks web de nouvelle génération. Mais même dans le monde Ruby des projets concurrents sont apparus, dont le plus important fut Merb, un framework plus léger et plus modulaire. En décembre 2008, Merb et RoR ont fusionné pour donner Ruby on Rails 3, et ainsi rassembler les énergies et les talents.

La situation dans le monde Python, bien que beaucoup plus complexe, a pris le même chemin. En effet, il existait depuis longtemps un grand nombre de technologies web en Python, aussi bien des serveurs d’application comme CherryPy ou Paste, que des langages de templates comme Myghty, Python Server Pages ou Cheetah. On ne peut que constater cette incroyable diversité sur le site officiel de Python. Une blague classique était de dire que Python était un langage tellement simple que chaque développeur pouvait écrire son propre framework. Mais aucun ne proposait un ensemble cohérent et tout intégré… aucun sauf Zope 2, mais qui lui avait comme défaut principal d’être trop intégré !

Ainsi, si sa ZODB, une vraie base de données orientée objet, était en avance techniquement sur un ORM (Object-Relationnal Mapping), c’est-à-dire une simple surcouche pour donner une apparence objet à une base de données relationnelle (SQL), elle a néanmoins fait fuire la majorité des développeurs, qui avaient comme contrainte non négociable de s’interfacer avec des bases de données MySQL, PostgreSQL ou Oracle préexistantes. De plus Zope 2 est connu pour sa courbe d’apprentissage en “Z” (Z-shaped learning curve), qui vous donne d’abord l’impression de régresser et nécessite beaucoup de temps et d’efforts avant d’obtenir un premier résultat intéressant, ainsi que pour mériter le fameux qualificatif “d’usine à gaz logicielle”.

En janvier 2006, Stéphane Fermigier, président fondateur de Nuxeo, essayait d’y voir plus clair grâce à ce schéma :

On peut identifier cinq concurrents directs, de type framework web complet : CPS, Django, TurboGears, Subway et Pylons, ainsi qu’un serveur d’application moderne orienté composant, n’attendant que de servir de base pour de nouveaux frameworks : Zope 3.

Que sont-ils tous devenus ? Il y a d’abord ceux qui sont morts, Subway, de manière classique dans le monde du libre, par désintérêt (des développeurs et/ou des utilisateurs), et CPS, de manière plus originale, en se faisant “seppuku” (d’un point de vue pythonique), en décidant de changer de base technologique, passant de Zope 2 et Python à J2EE et Java.

Restaient donc trois frameworks, Django, un ensemble complet et monolithique d’un côté, et TurboGears et Pylons de l’autre, qui essayaient quant à eux de réutiliser au maximum les nombreux projets python existants. Ainsi, Django a souvent été accusé de souffrir du syndrome NIH (Not Invented Here), voir l’intéressante conférence de Mark Ramm (principal développeur de TurboGears) sur le sujet lors du DjangoCon 2008. Il y eu donc naturellement un rapprochement entre TurboGears et Pylons, et en juin 2007 Mark Ramm annonça que le futur TurboGears 2 serait basé sur Pylons. au grand désarroi de CherryPy.

D’un autre côté apparurent plusieurs frameworks, dont Grok et repoze.bfg, prenant comme base technologique Zope 3, mais en essayant de le rendre plus facile à utiliser et à configurer, par exemple en vous préservant de trop nombreux fichiers ZCML. Et voilà qu’en novembre 2010, Pylons et repoze.bfg fusionnent pour donner naissance à un nouveau framework soutenu par le Projet Pylons et appelé Pyramid, qui se base sur le code source de repoze.bfg et son architecture à composant, Pylons ne pouvant plus évoluer à cause d’un problème de design. Enfin, en décembre, c’est TurboGears qui fusionne avec Pyramid.

Trois frameworks qui ne font donc plus qu’un, espérant qu’en additionnant toutes leurs forces ils pourront constituer un adversaire crédible à Django. Mais un survol du tutoriel rapide m’a fait froid dans le dos : du SQL à la main (c’est bien la dernière chose que je souhaitait revivre) et des décorateurs pour spécifier le langage de template pour chaque view !? Comme en plus je ne suis pas convaincu que l’architecture à composant enthousiasme grand monde, j’ai de gros doutes sur l’avenir de Pyramid.

On en est donc arrivé à un point où les concurrents de Django ont soit disparu, soit fusionné. Alors qu’il a lui continué son chemin sans trop d’embûches, en étant en particulier extrêmement stable technologiquement. Imaginez le cauchemard du développeur TurboGears, qui a d’abord appris Kid, CherryPy et SQLObject dans la version 1, puis Genshi, Paste et SQLAlchemy dans la version 2, et qui doit maintenant ouvrir son esprit à l’architecture composant de Pyramid ! Les développeurs Django n’ont eux jamais eu à vivre ce genre de choses, et ce à mon avis grâce aux excellents choix de design logiciel faits dès le départ :

  1. Le langage de template de Django est devenu un standard, utilisé par le Google App Engine et repris dans de nombreuses autres implémentations comme Jinja et le langage de template de Tornado en Python, ErlyDTL en Erlang, Twig (le langage de template de Symfony2) et H2O en PHP, Liquid en Ruby, Dotiac en Perl, Jangod en Java, NDjango en F#, ou encore djangode de node.js et le langage de template de Dojo en JavaScript. Cette réussite est principalement due à la simplicité de ce langage de template qui est “stupide”, ce qui force à mettre la logique de traitement hors des templates, et n‘a pas une  syntaxe XML, ce qui le rend utilisable facilement par des humains. Enfin, en janvier 2006 c’est le créateur de Python, Guido Van Rossum en personne, qui le consacre comme son choix personnel.
  2. Beaucoup décriaient l’ORM de Django, qu’aucun autre projet n’utilisait, et conseillaient l’utilisation de SQLobject -un changement-… puis de SQLAlchemy -un deuxième changement-, juste pour faire comme les autres frameworks Python… Puis les bases de données NoSQL sont arrivées, que ni SQLobject, ni SQLAlchemy n’ont vocation de supporter (ce n’est plus du SQL !), alors que l’ORM de Django s’adapte elle à la situation grâce au projet Django-nonrel, qui sera je l’espère bientôt intégré dans la branche principale.
  3. Le choix standard du langage de template et de l’ORM a permis et encouragé l’émergence d’un écosystème de nombreuses applications, toutes compatibles entre elles, et de snippets permettant aux développeurs de ne pas sans cesse réinventer la roue logicielle. De plus ils peuvent se baser sur l’un des nombreux sites libres disponibles pour créer les leurs. À l’opposé d’un Pylons qui laissait la liberté de ces choix, et qui n’a donc jamais pu bénéficier d’une dynamique comparable, Django est devenu une plateforme de développement autonome et incroyablement riche.

Ce développement cohérent et linéaire depuis 2005 a permis la constitution d’un large communauté et rendu Django suffisamment crédible et répandu en entreprise pour que l’on puisse trouver assez facilement un travail, un job, un emploi, ou encore un autre travail ou un autre job, de développeur rémunéré à plein temps pour travailler sur une technologie libre qu’il aime (je n’ai pas dit faire du libre), ce qui est encore trop rare.

Alors bien sûr vous pouvez aussi utiliser web2py, Tornado pour faire de l’asynchrone, un des nombreux microframeworks, ou encore créer le vôtre avec WebOb, si vous êtes bons, vous ferez d’excellentes choses. Mais LE meilleur framework web Python, c’est Django !

Mise à jour du 28 juillet 2011 : J’ai rajouté trois liens dans l’article. De plus, Georges Racinet m’a gentiment contacté pour me faire part du fait qu’il est mainteneur de CPS depuis trois ans, et que si le projet a “une communauté restreinte et peu de visibilité, il n’est pas mort et il y a du dév actif dessus”.

Bug Flattr et WordPress

Wednesday, October 20th, 2010

Problème

Flattr était en carafe cette nuit… et donc mon blog WordPress ne marchait plus !

Une fois trouvée l’origine du problème, il était temps d’y remédier : j’allais donc logiquement désactiver le plugin Flattr de mon blog. Oui mais voilà, pour le désactiver encore fallait-il que j’ai accès à… mon blog ! puisque l’administration se fait par une interface web intégrée.

Ne pouvant donc appliquer cette méthode, je me connectais à mon serveur par SSH, à la recherche de l’option du fichier de configuration me permettant de désactiver un plugin. Option introuvable puisque n’existant pas, l’état d’activité d’un plugin étant en fait stocké dans la base de données MySQL du blog.

Solution

Il existe donc deux manières de s’en sortir :

  1. Le hack rapide et efficace : supprimer le répertoire “flattr” du répertoire “wp-content/plugins” (ou plutôt le copier ailleurs).
  2. La méthode canonique : faire les requêtes adéquates dans la base de données du blog, ce qui est beaucoup plus compliqué, mais aussi beaucoup plus propre.

Bilan d’ingénierie logicielle

Le plugin de Flattr pour WordPress est merdique, car il n’est pas capable de vérifier ce qu’il faut pour ne pas bloquer un blog en cas de problème sur les serveurs de Flattr. Ceci n’est pas si grave, dans le sens où ce n’est qu’un plugin, et où les modifications nécessaires sont sûrement faciles à faire.

WordPress est mal conçu, car il ne permet pas de configurer simplement une chose aussi fondamentale que l’activation ou la désactivation d’un plugin. C’est beaucoup plus grave car WordPress est actuellement une plateforme structurante du web et l’un des plus importants logiciels libres.

La première chose à faire est d’arrêter de stocker tout et n’importe quoi dans des bases de données. Les base de données sont là pour stocker les contenus, et les fichiers de configurations en texte pur, quel qu’en soit le format, sont le seul endroit légitime où stocker les données de configuration.

C’est le concept même d’Unix, le texte comme garant de simplicité et d’interopérabilité. La mode récente d’utiliser SQLite pour la configuration d’applications est donc bien une hérésie. Pour WordPress cela signifie qu’il faudrait se réarchitecturer proprement sur ce point, ce qui est techniquement facile, mais pose des problèmes de compatibilité énormes.

Une autre solution intéressante pourrait être d’avoir une interface de configuration de secours très minimaliste, moins intégrée dans le reste du blog, mais beaucoup plus résistante à toutes sortes de bugs collatéraux !