Posts Tagged ‘Copyleft’

Erlang passe sous licence Apache 2.0

mardi, octobre 6th, 2015

Le langage de programmation Erlang est passé sous licence Apache 2.0, à l’occasion de la sortie de sa version 18.0 le 24 juin dernier.

Au commencement un logiciel propriétaire, Erlang avait été libéré par Ericsson en 1998 sous Erlang Public License, une version modifiée de la licence Mozilla.

L’abandon total d’un Copyleft déjà faible me semble anecdotique dans ce changement de licence. En revanche, le passage d’un important logiciel libre d’une licence spécifique à une licence très populaire participe d’un mouvement de consolidation des licences de logiciel libre, permettant une compréhension plus claire des obligations y afférentes et donc une meilleure sécurité juridique.

Pour le choix d’une licence sans Copyleft, ou « permissive », la licence Apache 2.0 est à recommander, tout comme le fait la Free Software Foundation, car elle est plus complète que ses concurrentes, en particulier concernant les brevets.

La consolidation des licences libres est une évolution positive à mon sens, et l’exemple d’Erlang pourrait peut-être inspirer Python ou d’autres logiciels libres ayant leur propre licence…

Freebox, enfin le code source !

mercredi, septembre 14th, 2011

 

Après de trop longues tergiversations, et en accord avec l’article 11.5.2 de ses nouvelles conditions générales de vente du 1er août 2011, Free se met enfin en conformité avec les termes de la licence GNU GPL et de son Copyleft, en donnant accès aux codes sources modifiés utilisés dans les Freebox !

C’est le dernier des trois grands FAI français à effectuer cette démarche, SFR ayant ouvert un premier site en 2007, puis un second en 2010 pour les sources de sa NeufBox, et Orange un site en 2009 pour les sources de sa LiveBox. Il semblerait d’ailleurs qu’il y ait une belle dynamique de création de firmwares alternatifs pour la NeufBox, puisque c’est la seule des trois box à ne pas être victime de tivoisation, c’est-à-dire d’un système électronique empêchant l’utilisation d’un firmware modifié.

Si la liste des logiciels libres utilisés dans ces box est très longue, les composants de base sont le noyau Linux et la mini boîte à outils Unix BusyBox, qui sont tous les deux sous licence GNU GPLv2. L’action en justice entreprise en 2008 contre Free par Harald Welte, pour son code de Netfilter dans le noyau Linux, et les développeurs de BusyBox Erik Andersen et Rob Landley, trouve ici son dénouement logique. On appréciera au passage  le travail de Maître Olivier Hugot dans ce dossier.

Pour les personnes qui auraient encore eu un doute, la licence GNU GPL et le Copyleft ont une validité juridique incontestable, et si vous voulez utiliser des codes sources qui y sont soumis, vous devez en respecter les règles, toutes les règles.

L’impact de Django

jeudi, septembre 1st, 2011

Armin Ronacher, membre de la Pocco Team, est le principal développeur de nombreux projets libres comme le langage de template Jinja et le microframework Flask, qui sont des programmes Python très populaires et d’excellente qualité.

Le 8 juin, lors du DjangoCon Europe 2011, il a fait une présentation intitulée The Impact of Django ayant un contenu similaire en bien des points à mon article du 6 juin intitulé Et le meilleur framework web Python est… Django !. Vous pouvez voir la conférence en ligne et en consulter ou télécharger les slides.

Bien sûr, il est assez plaisant de constater qu’un développeur, qui n’est pas loin d’être le meilleur au monde sur le sujet, fait une analyse très proche de la mienne en particulier en prenant le contre-exemple de TurboGears et en montrant l’influence du langage de template de Django. Cependant, il ajoute deux éléments  d’analyse, l’un social et l’autre juridique.

Premièrement, Armin pense que, d’une manière assez similaire à Ruby on Rails pour Ruby, Django est actuellement la locomotive du langage Python :

Django is the reason Python is getting that much attention lately.

Ainsi, environ 1 200 des 15 000 paquets disponibles sur PyPi contiendraient « Django » dans leur nom, de même que 10 000 des 77 000 dépôts sur GitHub et 3 000 dépôts sur Bitbucket. Si Python est beaucoup plus utilisé que Ruby en dehors du web, l’importance de ce dernier est telle qu’il est logique que le logiciel qui y est leader soit aussi le leader du langage.

Deuxièmement, Armin lie le succès de la licence BSD dans la communauté Python avec celui de Django et de son écosystème. Ansi 700 des 2 500 paquets sous licence BSD sur PyPI sont classés Django. Et surtout la licence BSD semble être utilisée par des projets assez récents, quand les plus anciens privilégiaient la licence GNU GPL.

Le choix de la licence est quelque chose de fondamental pour un logiciel libre, et il faut réfléchir aux implications réelles qui en découlent. En pratique, dans le contexte du serveur web qui est celui de Django, la licence GNU GPL n’est pas spécialement plus contraignante qu’une licence BSD, n’obligeant pas à redistribuer le code source modifié, et choisir l’une plutôt que l’autre n’a donc pas vraiment de signification pertinente.

Pour ce type de logiciel, si l’on veut voir s’appliquer la puissance du copyleft, il faut utiliser la licence GNU Affero GPL. À titre personnel, c’est la licence que je conseille, mais si l’on veut une licence libérale, alors je trouve effectivement plus clair de choisir une licence BSD qu’une licence GNU GPL vidée de sa substance par le contexte du logiciel serveur.

Éthique des Logiciels Libres

mardi, février 15th, 2011

Entre les représentants de Wikimédia France qui, au regard de leurs déclarations, semblent confondre licence Creative Commons BY-SA et licence Creative Commons BY (heureusement que l’avis de cette association n’engage pas celui de Wikimedia Foundation), un co-développeur de txt2tags qui voulait rediffuser sous licence BSD ce logiciel publié sous licence GNU GPL, ou encore Maître Eolas qui s’aventure sur des terrains juridiques qui lui sont inconnus, pour au final un médiocre non-raisonnement qui relève uniquement de la « foi » : il ne croit pas que les licences virales existent… Je ne peux que constater que les principes fondamentaux des logiciels libres, et en particulier le Copyleft, sont mal compris, y compris par des personnes qui prétendent les défendre.

Pour remédier à cela, voici l’Éthique des Logiciels Libres, une brochure dans laquelle j’ai réuni les traductions françaises des textes fondateurs des concepts du logiciel libre, écrits par Richard M. Stallman et Eben Moglen. J’espère en effet qu’une meilleure diffusion de ces textes permettra de combattre les incompréhensions actuelles.

De plus, je voudrais le dire clairement ici, oui les logiciels libres ont une motivation politique de transformation -et même de révolution- sociale. Si vous avez peur de passer pour un anarchiste, lisez L’anarchisme triomphant : le logiciel libre et la mort du copyright, si vous avez peur de passer pour un communiste, lisez  Le Manifeste du Point-Communiste, et vous verrez qu’Eben Moglen, lui, n’a pas peur (et pourtant il est américain, et pourtant il est avocat…). Si le simple fait d’être de gauche vous gêne, sachez que Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia, est un libertarien notoire, c’est-à-dire qu’il serait politiquement classifié en France comme d’extrême-droite.

Grâce à la différenciation sémantique que Jean-Fabien Spitz, spécialiste de Locke et du libéralisme politique, utilise pour expliquer les revirements de la jurisprudence sur la Liberté de la Cour suprême des États-Unis, on peut dire que les licences permissives honorent la Liberté, quand les licences à Copyleft la promeuvent. À titre personnel, tenant du volontarisme en politique, il y a bien longtemps que j’ai choisi de promouvoir la Liberté.